top of page

"En mai, fais ce qu'il te plaît ! " 
Écrivons ensemble NOTRE lettre!

Cher lecteur, chère lectrice,

« En mai, fais ce qu'il te plait », dit-on en français. Je suis ravie d'ouvrir cette newsletter de mai à toutes vos contributions créatives et à votre inspiration ! Envoyez-moi vos  recommandation de livre, de film! Avez-vous une musique préférée (et elle n'a pas besoin d'être classique) que vous souhaitez partager, ou une excellente recette de cuisine ? Je publierai vos messages dans cette lettre ouverte.

Mon rêve est de faire de cette petite association basée à Stavanger un espace de reconnexion à la beauté du monde pour une plus grande communauté. La beauté n'est évidemment pas dans un ordinateur, une page Facebook ou un compte Instagram… Elle est à l'extérieur dans la Nature, dans ses représentations artistiques et… à l'intérieur de vous, dans la manière dont vous la saisissez et l'intégrez à votre propre monde. Marcel Proust l'a décrite dans le dernier tome de « A la recherche du temps perdu » : « Le temps retrouvé ». Mon association « Den gjenfundne tid » tire d'ailleurs  directement son nom de ce chef-d'œuvre. Merci Marcel!

« Ce que nous n'avions pas à déchiffrer, à clarifier par notre effort personnel, ce qui était clair devant nous, n'est pas à nous. Seul vient de nous-même ce que nous puisons dans les ténèbres qui sont en nous et que les autres ne connaissent pas… Et comme l'art recompose exactement la vie, autour de ces vérités que nous avons atteintes en nous-mêmes, flotte une atmosphère de poésie, la douceur d'un mystère qui n'est que la pénombre que nous avons traversée. » ​

Je trouve ces mots magiques, et ils résonnent intimement en moi avec la musique de Szymanovksi, que j'ai découverte à travers le pianiste Frédéric Vaysse-Knitter. Vous pouvez écouter plus précisément la troisième Etude en si bémol mineur, qui ouvre son album sur Szymanovksi. Je ressens cette atmosphère de clair-obscur, le sens de l'effort décrit par Proust mais aussi la conviction inéluctable qu'il est maintenant temps de s'abandonner à la beauté.

Après avoir découvert cette musique, j'ai rêvé de mieux connaître ce pianiste… et cet été, le rêve devient réalité ! Je suis tellement heureuse que Frédéric Vaysse-Knitter ait accepté de jouer dans le festival Réconciliation et que Szymanovksi soit au programme ! Vous trouverez plus d'informations sur le concert sur le site (https://www.dengjenfundnetid.com/sunday-27th-august-program) . J'étais aussi folle de joie quand j'ai appris que la Ballade 4 de Chopin ouvrirait le concert… J'espère vous y voir mais en attendant laissez-moi vous présenter notre musicien artiste en résidence… non avec mes propres mots mais avec ceux des spécialistes.

« Frédéric Vaysse-Knitter s'inscrit clairement dans la lignée de Chopin, Debussy et Liszt. À partir du premier livre des Images de Debussy, il atteint une beauté choquante, presque physique, résonnant d'une clarté sans limite. (…) La puissance, la gravité et la richesse harmonique de son interprétation [des Funérailles de Liszt] ne peuvent manquer d'impressionner, car Vaysse-Knitter dégage de cette œuvre solennelle une diversité sonore qui rivaliserait avec un grand orchestre symphonique. Puis enfin, il y a le Poisson d'or de Debussy (…), joué avec fluidité, avec la touche délicate d'une virtuosité écrasante. » Bruno Serrou (juin 2016)

 

« Toute descente en soi est aussi une ascension, une assomption, un regard vers la vraie réalité extérieure. » Cette citation de Novalis exprime parfaitement la quintessence de la nature de Vaysee-Knitter - son jeu se caractérise par une intensité extrême et un sentiment d'urgence vitale qui saisit l'auditeur, alors que le piano sous ses mains chante des mélodies d'introspection et de transcendance. ​

 

C'est un immense honneur que cet artiste se produise dans notre ville et au Festival. Frédéric se produit également dans des lieux aussi prestigieux que le Théâtre des Champs-Elysées, la Cité de la Musique à Paris, le Herkulesaal à Munich, le Royal Concertgebouw à Amsterdam et les auditoriums de Grenade, Murcie et Monterrey au Mexique… Frédéric a été formé dans le grand tradition des écoles de piano de France, de Pologne et d'Allemagne. Il entre au Conservatoire National Supérieur de Musique et de Danse de Paris à l'âge de 13 ans, où il obtient un diplôme de « Premier Prix » de piano et de musique de chambre. Il fait alors une rencontre déterminante avec le pianiste et chef d'orchestre Krystian Zimerman, qui le conseille et l'oriente dans le choix de sa voie. Il poursuit ses études à la Musikhochschule  de Freiburg et  y obtient le diplôme de Soliste. Enfin, il se perfectionne auprès d'autorités musicales telles que György Sebők, Alexis Weissenberg, Alicia de Larrocha et Leon Fleisher à la prestigieuse Fondation nternationale du lac de Côme. ​

Maintenant, mon prochain rêve est de vous avoir au concert afin que nous puissions réaliser ensemble un beau moment de communication par la musique. Marcel Proust (encore lui 😊 ) écrivait « la musique est la communication entre les âmes ». J'aimerais ajouter que la musique en elle-même ne peut pas être : il faut des musiciens et il faut un public... sinon ce ne sont que des notes sur des partitions.

 

Sur ces derniers mots, je vous souhaite un beau mois de mai… Je doute que vous sautiez sur ma recommandation de livre alors voyons quelle sera la vôtre !

Nirina Haller

Fondatrice du Festival Réconciliation et de l’association « Den gjenfundne tid »

 

PS :

  • Plus de de liens vers les artistes et participants du festival sur le site www.dengjenfundnetid.com

  • Vous trouverez les premières lettres sur le site dans la rubrique « L’association».

  • Planifiez votre visite du festival dès maintenant :  section « Tickets » et bénéficiez du prix « early bird »!

DGT_book_small_size.JPG
Szymanovski_FVK.JPG
frederic_with_name.JPG
Proust.JPG

Voulez-vous recevoir la prochaine lettre? 

Merci!

bottom of page